CUL SEC

Un verre à moitié vide se lamentait devant un verre à moitié plein 

: “ Que les hivers sont longs

  Que les amis sont absents

 Et que les maris sont boudeurs ! “

 

Le verre à moitié plein, au contraire, célébrait l’existence :

“ Que les étés sont splendides,

  Que les amis sont rieurs,

  Et que les maris sont joueurs ! ”

 

Le verre à moitié vide ne supportant plus l’optimisme factice du verre à moitié plein, lui proposa un marché :

“  Nous allons trinquer jusqu’a ce que l’un de nous se vide le premier. ”

Et en se tamponnant de colère sur son collègue heureux, il se vida, cul sec , devant ses yeux.

©2017