La Beauté du Monde

Longtemps, j’ai ignoré la Beauté du Monde afin de me consacrer aux hideuses querelles humaines.

La Beauté du Monde tapait à ma porte mais j’aimais les intrigues, les ragots, les histoires laissées au porte-manteau.

Longtemps, j’ai ignoré la Beauté du Monde pourtant sa patience a eu raison de moi.

Quand j’ai décidé d’ouvrir les yeux, il n’était pas trop tard. La Beauté du Monde attendait en souriant. C’était une Aube délicieuse, passionnée mais calme, un état de tension douce.

Longtemps j’ai ignoré la Beauté du Monde, son aube coralline ou son lever de lune, préférant à la place, le caquet des hommes aux cancans calomnieux.

Enfin j’ai décidé de relever les yeux.

© 2016