Madame Du Barry

On ne me comprend pas

On ne m’aime pas

Je suis faite pour l’au-delà

On ne s’intéressera à moi 

Que lorsque je serai morte.

Pour l’instant je vivote.

 

Il en est ainsi de certains destins

Ils sont des riens tant qu’ils sont en vie

Mais par magie lorsqu’ils deviennent cendres

Ils se font entendre. 

 

On ne me comprend pas

Je dois mourir

Pour me faire aimer.

Je dois crever

L’ invisibilité.

© 2016